AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ALOA ❖ try to fix a heart.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

✖ PÂTISSERIES VENDUES : 86
✖ EN CUISINE DEPUIS LE : 27/12/2012

MessageSujet: ALOA ❖ try to fix a heart.   Sam 29 Déc - 11:07

L'après-midi était bien entamée lorsque Noa décida de sortir de chez elle. Elle avait en effet passé la matinée à passer des coups de fil, ayant l'impression d'être enfin sur une bonne piste quant à ses origines. Un homme, qui semblait être l'un de ses oncles avait été retrouvé à San Diego, et si tout allait bien, elle pourrait le rencontrer le mois prochain, chose sur laquelle Noa comptait beaucoup. Quoi qu'il en soit, elle s'était ensuite enfermée dans sa cuisine, et avait décidé de faire des gâteaux. Plus précisément des cupcakes, puisque sans vouloir se vanter, elle s'en sortait plutôt bien de ce côté-là. Plutôt fière du résultat, elle tomba ensuite par hasard sur l'horloge de la cuisine qui indiquait que l'heure était passée. L'heure où Alec et elle avaient l'habitude de toujours s'appeler. Et depuis "l'incident" de la semaine dernière, les deux jeunes gens ne s'étaient plus adressé la parole, s'évitant comme la peste. Pourtant, ils étaient très proches, et se trouvaient chaque jour de nombreux points communs. Mais apparemment, une escapade nocturne avait eu raison d'eux. Ne supportant plus cette pensée, Noa plaça ses cupcakes dans une boîte, enfila son manteau, et direction l'appartement d'Alec. En montant les escaliers de l'immeuble, elle sentit ses jambes molles et une boule lui nouer la gorge. Elle ne pouvait plus reculer de toute façon. Prenant une grande inspiration, elle cogna à la porte de l'appartement du jeune homme, et attendit impatiemment, bougeant sur place, sa boîte à la main, espérant de tout coeur qu'il ouvre tout en sachant qu'elle se trouvait derrière la porte.

_________________

+ EVERYWHERE I'M LOOKING NOW I'M SURROUNDED BY YOUR EMBRACE. Je l’aime, toujours, tout le temps, à en crever. Je l’aime endormie ou déprimée, je l’aime même cokée, abrutie, dégradée. Elle réussissait, je ne sais pas comment, à rester si pure dans les situations les plus dégradantes que j’avais envie de me mettre à genoux devant elle. ALOA FTW.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

✖ PÂTISSERIES VENDUES : 205
✖ EN CUISINE DEPUIS LE : 26/12/2012

MessageSujet: Re: ALOA ❖ try to fix a heart.   Sam 29 Déc - 13:28

Apparemment, la solitude ne réussissait pas tellement à Alec. Il n'avait jamais eut besoin des autres mais lorsqu'il se retrouvait seul, il ne savait absolument pas quoi faire. Il avait besoin de distraction, de sentir qu'il n'était pas aussi seul qu'il le pensait malgré la perte de ses parents et le fait qu'il était totalement incertain qu'il retrouve un jour sa petite soeur. Lorsque l'heure où il était pendu au téléphone avec Noa fut passée, il se découragea de faire quelque chose d’intéressant de sa journée et se laissa tomber dans le canapé pour regarder un film idiot. Lorsqu'on frappa à sa porte, il sauta sur ses pieds. Ses prières devait avoir été entendues, il aurait voulu de la compagnie de n'importe qui. Le mieux? Devant la porte, ce n'était pas du tout n’importe qui. Noa. Alec ne voulait pas la perdre, c'est pourquoi il tenait à ce que les choses soient de nouveau claires. Il voulait lui dire qu'il regrettait que les choses aient... déparées l'autre nuit, bien que cela ne soit qu'à moitié vrai. Après tout, cela avait eu du bon. Malgré les nombreux verres qu'il avait pris et le fait qu'il ne soit que très peu conscient à ce moment là, dès le lendemain matin Alec se souvenait de quasiment toute la soirée et, pour la première fois depuis bien longtemps, se sentait vraiment mal. Noa comptait beaucoup pour lui, mais pas comme cela. Elle était comme une soeur et, bien que cela eut été agréable sur le moment, on ne couche pas avec sa soeur. Il était bien placé pour le savoir. « Hey... » Parvint-il à sortir, difficilement. Personne ne lui faisait cet effet là, il pouvait se faire engueuler par n’importe qui que son sourire moqueur restait plaqué sur son visage. Mais alors quelle ne disait rien et semblait aussi perdue que lui, Noa l'intimidait presque. Le jeune homme s'effaça pour la laisser passer et referma la porte derrière elle. « Hum... Comment ça va? » Il avait l'impression d'entamer une conversation pour la première fois de sa vie, il était vraiment ridicule et, bien qu'on dise souvent que c'était mignon, lorsqu'il était dans cet état, Alec ne trouvait ça ni mignon, ni amusant.

_________________
Je prie avec un seul mot, un nom ♥️ Aloa
« It’s for you I walk through a storm It’s for you I lay me down There is nothing that I wouldn’t do for you When you call I’ll be right there I’ll turn my world right around for you Don’t you see, don’t you see I’m here »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

✖ PÂTISSERIES VENDUES : 86
✖ EN CUISINE DEPUIS LE : 27/12/2012

MessageSujet: Re: ALOA ❖ try to fix a heart.   Sam 29 Déc - 14:15

Depuis là elle se tenait, Noa pouvait entendre le bruit de pas qui s'approchaient. Elle comprit donc que le moment fatidique allait arriver, le moment qu'elle attendait depuis maintenant une longue semaine. Parce qu'il fallait dire que cette semaine sans lui avait été difficile, elle qui était tellement habituée à rester à ses côtés et à l'appeler à pas d'heure. Mais avant qu'elle ne puisse encore plus se morfondre sur son cas, la porte s'ouvrit et Alec apparut. Devant elle, comme un rêve éveillé. « Hey ... » Pouah que c'était nul ma Noa. D'habitude, tu te montrais beaucoup plus expressive, tu trouvais toujours les mots justes, et à présent, tu étais aussi perdue qu'une enfant dans un supermarché. La demoiselle tenait fermement sa boîte dans les mains, comme si elle s'y accrochait afin de ne pas craquer, de ne pas laisser voir qu'elle se sentait aussi mal que lui. Parce que bien entendu que cette nuit n'avait pas été un total gâchis , mais on ne pouvait être aussi proche de quelqu'un que l'on considérait comme son propre frère. On ne couchait pas avec son frère, point. Alec avait déjà tellement fait pour elle, il avait partagé tous ses bons et mauvais moments, alors Noa ne pouvait pas laisser cette relation mourir, puis elle avait bien trop besoin de lui. Entrant dans l'appartement, elle ne prit même pas la peine de retirer son manteau et son écharpe, geste qu'elle avait d'ordinaire chaque fois qu'elle venait ici. Pour une fois, elle se sentait plutôt comme une étrangère, comme se rendant à un premier rendez-vous. « Oh hum, disons que j'ai connu mieux ... » Et elle tenta de lui sourire, en vain. Ce sourire semblait bien trop faux pour qu'on puisse y croire. Et avec tout ça, elle en avait oublié ses bonnes manières. « Oh et toi alors, tu ... comment va ? » Okay, c'était toujours nul, mais c'était un début. La blondie se tenait donc là, comme un piquet au milieu du salon du jeune homme, sans oser faire un geste. Jusqu'à ce qu'elle se souvienne de la boîte dans ses mains. « Ah et hum je ... j'ai fait des cupcakes ce matin, et comme je sais que tu les aimes, je ... me suis dit que tu en voudrais peut-être ... » Noa ouvrit ensuite la fameuse boîte, laissant apparaître de jolis petits cupcakes, et elle lui en tendit un, comme une fillette cherchant à faire la paix après une dispute. « Peut-être qu'on pourrait, enfin je sais pas, l'appeler le ... cupcake de la paix ? A défaut d'avoir un calumet. » Mademoiselle faisait de l'humour, bravo. Bon, elle commençait petit à petit à se détendre, puisqu'elle avait peu à peu l'impression de retrouver son Alec, comme par le passé, même si elle savait qu'elle ne devait pas oublier que son petit Alec, à présent, n'était plus exactement le même, du moins à ses yeux. Parce que oui, ils avaient couché ensemble, et que ce genre de choses ne s'oublie pas comme ça, mais arrêtons de s'embrouiller l'esprit pour l'instant. Blondie attendit donc une réaction du jeune homme, avec son cupcake dans la main, et un demi-sourire ainsi qu'un air presque implorant sur le visage.

_________________

+ EVERYWHERE I'M LOOKING NOW I'M SURROUNDED BY YOUR EMBRACE. Je l’aime, toujours, tout le temps, à en crever. Je l’aime endormie ou déprimée, je l’aime même cokée, abrutie, dégradée. Elle réussissait, je ne sais pas comment, à rester si pure dans les situations les plus dégradantes que j’avais envie de me mettre à genoux devant elle. ALOA FTW.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

✖ PÂTISSERIES VENDUES : 205
✖ EN CUISINE DEPUIS LE : 26/12/2012

MessageSujet: Re: ALOA ❖ try to fix a heart.   Sam 29 Déc - 17:02

Un sentiment d'être terriblement ridicule gagnait peu à peu Alec, son salut à Noa avait été plus que nul, alors qu'une autre fois il aurait été tellement content de la voir qu'il aurait débité une centaine d’informations à la fois sans reprendre son souffle et qu'elle n'aurait compris que la moitié de ses propos. Mais, au moins, ils étaient très proches et se sentaient bien. Cette nuit n'avait pas été affreuse pour autant, disons simplement que c'était... totalement imprévu et mal venu. Il avait besoin de Noa, il ne le lui disait jamais car il était comme cela et que montrer ses faiblesses lui faisait mal mais, sans elle, il était perdu. Lorsqu'il ne pouvait pas l'appeler ou recevoir ses appels chaque jour, il s'ennuyait. D'un accord tacite, lorsqu'ils s'étaient quittés le lendemain de "l'incident", ils avaient décidé de s'éviter. S'ils s'étaient croisés dans la rue, ils se seraient totalement ignorés ou auraient changé de trottoir, c'était tellement ridicule d'en arriver là, et de se faire souffrir tout seul. Car Alec souffrait sans elle, il ne laissait rien paraître mais s'éloigner de la jeune femme le blessait énormément, ils avaient été là l'un pour l'autre et s'était grâce à elle qu'il persistait dans ses vaines recherches de sa soeur. Il avait l'impression de brasser de l'air depuis le début mais continuait parce que Noa lui redonnait confiance. Elle entra et il referma doucement la porte derrière puis, se retournant, remarqua que, là où d'habitude elle serait déjà installée ou en train de retirer sa veste, elle était debout comme un piquet au milieu de la pièce et attendait comme si elle en était à sa première visite. « Tu n'enlèves pas ta veste... ? » Au moins, il parvenait à dire des choses plus ou moins censées, bien qu'ils tournent autour du pot. Sa réponse ne le surprit pas vraiment et il sourit faiblement tandis qu'il voyait s'afficher sur le visage de Noa un sourire trop faux pour être seulement observable. « Ça va... Semaine ennuyeuse mais ça va. » Alec venait d'avouer sans vraiment le dire qu’elle lui avait terriblement manqué, ce qui était déjà une progression dans leur conversation plus qu'idiote. Quelqu'un d'autre les aurait vu comme cela, il se serait moqué d'eux, vraiment. Lorsqu'elle reprit la parole, le jeune homme baissa les yeux sur la boite qu’elle tenait serrée contre elle depuis le début et acquiesça doucement. « Ah... Euh,.. Oui, merci. » Elle avait raison, il aimait beaucoup ses cupcakes. Elle avait d’ailleurs toujours raison en ce qui le concernait, comme s'ils s'étaient toujours connu, il n'avait pas de secrets pour elle, même lorsqu'il tentait de lui cacher des choses, elle le découvrait. Lorsqu'elle reprit la parole, il faillit mourir de rire. « Le cupcake de la paix ? » Dit-il en se retenant difficilement d'éclater de rire. D'accord, si elle voulait, le cupcake de la paix... Il le prit en souriant mais resta toujours debout comme un imbécile, oubliant de lui proposer de s'installer sur le canapé. « Tu... Tu as des nouvelles de ta famille? » C'était ce qui les préoccupait le plus au début où ils se connaissaient, mais aujourd'hui, du moins une semaine plus tôt, ils se préoccupaient d'eux et pas seulement des recherches de sa soeur et de la famille de Noa. Leur relation avait beaucoup évolué, dans le bon sens, du moins avant la dernière nuit...

_________________
Je prie avec un seul mot, un nom ♥️ Aloa
« It’s for you I walk through a storm It’s for you I lay me down There is nothing that I wouldn’t do for you When you call I’ll be right there I’ll turn my world right around for you Don’t you see, don’t you see I’m here »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

✖ PÂTISSERIES VENDUES : 86
✖ EN CUISINE DEPUIS LE : 27/12/2012

MessageSujet: Re: ALOA ❖ try to fix a heart.   Sam 29 Déc - 18:41

Noa se sentait également terriblement bête en cet instant. Elle qui d'ordinaire était si joviale, si spontanée, qui ne tenait pas en place dès qu'elle apercevait Alec, avait bien changé. Elle semblait beaucoup plus réservée, beaucoup plus timide, comme si elle rencontrait Alec pour la première fois. Ce qui était ridicule bordel, elle était loin de le rencontrer pour la première fois. D'ailleurs, lors de cette fameuse première rencontre, Noa avait de suite su qu'il était différent des autres. Déjà parce qu'il avait cette même rage de retrouver une personne qui lui était chère, et parce qu'il savait ce qu'elle pouvait ressentir. Parce qu'il avait le seul à ne pas lui tourner le dos, parce qu'il avait su trouver les bons mots au bon moment. Ils avaient pu compter l'un sur l'autre pendant tout ce temps, et leur "incident" de la semaine dernière ne pouvait pas mettre un terme à tout ça. Et c'est en entendant la voix d'Alec que Noa sortit de ses pensées, et qu'elle réalisa qu'elle avait effectivement encore son manteau sur elle. « Oh tiens si, désolée j'avais ... la tête ailleurs ... » Et elle tenta de nouveau de lui sourire franchement - nouvel échec - avant de retirer son écharpe ainsi que son manteau. Elle les posa à leur emplacement habituel, ce qui lui donna un petit pincement au coeur. Mais elle fit en sorte qu'Alec ne se rende compte de rien, ne voulant pas lui faire de peine. Parce qu'elle savait qu'au fond, l'état de l'un affectait toujours l'autre, quoi qu'ils puissent dire. A la suite des propos du jeune homme, Noa se contenta d'acquiescer de la tête, se balançant légèrement sur ses pieds. Elle ne savait quoi lui répondre, quels mots employer, sachant pertinemment pourquoi il avait passé une mauvaise semaine, bien qu'à vrai dire, elle ne faisait qu'espérer. Espérer qu'elle lui avait aussi manqué et qu'il tenait à recoller les morceaux. Mais son visage vint s'illuminer lorsque le cupcake de la paix fit son apparition. Noa eut l'impression de revenir une semaine en arrière, alors que tout allait encore bien entre eux. Elle faillit même l'accompagner dans son rire, ayant bien senti qu'il était au bord des larmes. Elle se mordit la lèvre de la même façon, avant de laisser un léger rire s'échapper, la joie venant brièvement s'accrocher à son visage. La demoiselle déposa ensuite sa boîte sur le comptoir derrière elle, avant de se tourner de nouveau vers Alec. « Oh, des nouvelles de ma famille ? » Oh que oui elle en avait des nouvelles, pour une fois, elle pensait être sur une bonne piste, et dans une petite semaine, elle avait rendez-vous avec ... son destin ? Son passé plus précisément, et elle était excitée comme une petite puce. « Et bien figure-toi que je pense avoir retrouvé l'un de mes oncles. » Elle accompagna ses propos de mouvements de la tête. « Et je le rencontre la semaine prochaine, je t'avoue que j'ai peur, terriblement peur. » Et bien oui, on ne savait jamais ce qui pouvait se passer, et puis « C'est un peu comme si après avoir cherché quelque chose, on finissait par avoir peur de cette chose en elle-même, tu vois ce que je veux dire ? » Elle lui parlait comme ils le faisaient il y a encore quelques temps, sans se soucier de leur nuit passée ensemble, bien qu'elle soit encore bien présente dans son esprit. « Hum et toi alors, des nouvelles de ta soeur ? » Leur conversation revenait encore à leurs familles respectives qu'ils cherchaient sans arrêt, bien que Noa mourait d'envie de lui demander ce qu'il devenait, ce qu'il avait fait cette semaine, ce qui s'était passé dans sa vie en somme. Mais n'osant pas encore retrouver leur proximité d'antan, elle resta là, debout face à lui, qui tenait son cupcake, en étant adorable comme il savait si bien le faire. « Il te va bien au teint ce cupcake, tu devrais le garder. » Ahah, l'humour des blondes. Razz

_________________

+ EVERYWHERE I'M LOOKING NOW I'M SURROUNDED BY YOUR EMBRACE. Je l’aime, toujours, tout le temps, à en crever. Je l’aime endormie ou déprimée, je l’aime même cokée, abrutie, dégradée. Elle réussissait, je ne sais pas comment, à rester si pure dans les situations les plus dégradantes que j’avais envie de me mettre à genoux devant elle. ALOA FTW.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

✖ PÂTISSERIES VENDUES : 205
✖ EN CUISINE DEPUIS LE : 26/12/2012

MessageSujet: Re: ALOA ❖ try to fix a heart.   Dim 30 Déc - 11:34

La première fois qu'il avait parlé à Noa, Alec n'avait pas vu que la jeune femme perdue et implorant de l'aide. Il avait vu en elle une possibilité de retrouver sa soeur, une sorte d'alliée et encore bien plus. Elle le comprenait, ce que très peu de gens essayaient de faire, et ce qu'aucun ne parvenait à faire. Ils cherchaient tout deux quelqu'un qui comptait énormément pour eux, et c'est pour cette raison que le jeune homme l'avait aidée. Il n'était pas dans ses habitudes de se préoccuper des autres, mais Noa était différente, et il se demandait de plus en plus s'il la considérait seulement comme une soeur... Alors qu’elle était plantée au milieu de la pièce et ne bougeait pas, Alec fit remarquer à la jeuen femme qu’elle portait toujours sa veste. Qu’elle la retire le soulagea légèrement, elle n'avait pas l'intention de partir tout de suite. Cela lui aurait fait encore plus mal que de ne pas l'avoir vue de la semaine. Lorsqu'il lui dit que la semaine avait été ennuyeuse, elle ne répondit rien. Elle ne lui souhaitait pas d'avoir autant souffert de son absence, mais il espérait qu’elle avait eut une pensée pour lui cette semaine et qu'il n'était pas simplement en train de se faire des films tout seul comme un imbécile. Il faillit bien mourir de rire lorsqu'elle parla du cupcake de la paix. Comme quoi, un simple gâteau pouvait, pour un temps, leur faire mettre leurs problèmes de côté. Lorsque Noa mêla un léger rire au sien, Alec reprit conscience que les choses n'allaient pas si bien, qu'ils étaient là pour en parler mais ne le faisait pas... Il cessa de rire et lui posa plutôt une question sur sa famille. Le fait qu'elle ai retrouvé l'un de ses oncles le réjouit de nouveau, il n'était pas jaloux de ne rien savoir au sujet de sa soeur et que les recherches de Noa portent leurs fruits, au contraire, il était heureux qu'elle puisse enfin savoir d’où elle venait. « Ça va bien se passer, si c'est réellement ton oncle il ne peut qu'être heureux de te retrouver. » La suite le laissa quelque peu perplexe. Non, non, il ne voyait pas... « Euh... Ouais, disons que je vois presque. Je te suis jusqu'à ce que tu l'ai retrouvé, après... » Mais, bien qu'il soit content pour elle, Alec n'avait pas vraiment envie d'en parler. Parce que la conversation risquait de... justement, dérivé vers sa soeur. Soeur qu'il ne retrouvait pas et désespérait de trouver un jour maintenant que Noa ne l'aidait plus à être un minimum optimiste. « Non... » Il ne s'étala pas sur le sujet. Le cupcake semblait beaucoup plaire à la jeune femme, qui en reparla bientôt. C'est en l'entendant qu'il prit conscience du ridicule dont il se couvrait. Debout au milieu de l'entrée avec son petit gâteau à la main... Un léger sourire se dessina sur ses lèvres. « Ah oui ? Justement, je me cherchais un nouveau chapeau... » Bah quoi ? Les blagues pourries c'est pas réservé au jolies blondes. Malgré le fait qu'ils rigolaient, c'était toujours dans une ambiance un peu tendue rappelant le fait qu'il avaient des choses à se dire. Et pas des moindres... Une petite remise au point ne pouvait pas leur faire de mal, bien au contraire, mais encore fallait-il trouver les mots... « Tu sais... l'autre soir... Je pense, enfin non je suis sûr, que j'avais vraiment trop bu. Moi qui me vantait de bien tenir l'alcool... En fait, j'étais totalement déchiré. » Courte pause pour se remettre un peu les idées en place et paraître légèrement moins ridicule pour la suite. « Il faudrait qu'on oublie ça, parce que je ne supporte pas de me dire que cette nuit va réduire à néant tout ces moments passés ensemble. Je veux dire que... Ce serait vraiment con de tirer un trait sur notre amitié pour ça, aussi gênant que cela puisse être... »

_________________
Je prie avec un seul mot, un nom ♥️ Aloa
« It’s for you I walk through a storm It’s for you I lay me down There is nothing that I wouldn’t do for you When you call I’ll be right there I’ll turn my world right around for you Don’t you see, don’t you see I’m here »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

✖ PÂTISSERIES VENDUES : 86
✖ EN CUISINE DEPUIS LE : 27/12/2012

MessageSujet: Re: ALOA ❖ try to fix a heart.   Dim 30 Déc - 12:32

En cet instant, Noa se disait qu'elle avait réellement besoin d'Alec à ses côtés. Pour leurs recherches communes bien entendu, parce qu'ils étaient les seuls à réellement se comprendre mutuellement, mais également en tant que simples êtres humains. Quand elle n'allait pas bien, il était le seul à pouvoir la faire rire avec un rien, et lorsqu'elle était en pleurs en plein milieu de la nuit, il était le premier à accourir pour la consoler. Comme un frère l'aurait fait. Noa n'arrêtait pas de se répéter qu'il ne pouvait être que cela au fond, qu'il ne pouvait être plus, n'est-ce pas ? Mais à vrai dire, tout se mélangeait dans sa tête, et elle préférait ne pas y penser. Après avoir donc retiré son manteau, Noa lui annonça qu'elle avait retrouvé son oncle. Le frère de son défunt père apparemment, et il était pressé de la rencontrer. Il avait à vrai dire même pensé que Noa était décédée dans l'accident de voiture, en bref, ils avaient chacun perdu leur temps bêtement. « Tu as raison, je ... » Elle leva la tête pour croiser son regard. « Merci d'être là Alec, vraiment. » Et elle lui probablement le seul premier vrai sourire de l'après-midi. Parce qu'ils s'étaient brouillés, parce qu'ils avaient préféré s'éloigner l'un de l'autre pour ne pas faire face à cette réalité qui était bien différente ou du moins trop semblable à celle qu'ils s'étaient imaginée pour eux deux. Et parce qu'elle avait l'impression de le retrouver, avant cette fameuse soirée où tout a basculé. Blondie se mit ensuite à rire en entendant la réaction d'Alec à la suite de sa phrase. « Non, oublie, c'est l'effet que ça donne quand les blondes essaient de philosopher. Razz » Et oui, Noa savait se tourner en dérision, et elle ne se prenait pas pour la meilleure au monde, bien au contraire. Même si elle aimait parfois se vanter pour rire bien entendu. En tout cas, savoir qu'Alec la soutenait à travers cette nouvelle "épreuve" la rassurait. Le fait de savoir qu'il était toujours derrière elle, quoi qu'il arrive lui redonnait le sourire. Sourire qu'il perdit ensuite, en l'entendant parler de sa petite soeur. Noa avait l'impression de remuer le couteau dans la plaie, ce pourquoi elle eut une mine désolée en l'entendant parler, ne préférant pas revenir sur le sujet non plus. Elle savait combien c'était déjà difficile de vivre avec l'absence, alors elle n'irait pas plus loin. Mais notre blondie revint sur le sujet cupcake, puisqu'elle observait Alec se tenir devant elle, la pâtisserie dans la main, et elle le trouvait adorable comme ça. « Ahah, tiens tu devrais l'essayer ... » Et elle s'approcha de lui, prenant ses mains afin d'y récupérer le fameux cupcake, mais cette proximité était peut-être un peu trop rapide. Elle hésita donc un instant, avant de finalement le placer sur le sommet de son crâne. « Hum finalement non, il n'est pas si génial que ça en chapeau ... » Et elle se mit à rire légèrement, avant de déposer la pâtisserie sur le comptoir derrière eux. Elle venait de remarquer qu'elle était encore toute proche de lui lorsqu'Alec prit les devants. Noa sentit son coeur battre plus fort lorsqu'il prononça les mots "soir" et "alcool". La fameuse soirée lui revint en tête, ainsi que bon nombre de détails, détails qu'elle n'avait pas oubliés. Est-ce qu'une nuit passée avec quelqu'un que l'on considérait comme son frère devait vous rester à ce point en mémoire ? « Tu as parfaitement raison, j'avais peur que je sois la seule à penser ça. » Cette phrase sortit toute seule, et sonnait terriblement faux, comme si Noa n'en avait pas été l'auteur. Ce pourquoi elle tenta d'être plus elle-même tout simplement. « J'étais dans le même état que toi l'autre soir, et je, enfin nous avons commis une erreur, c'est tout. Il faut apprendre de ses erreurs non ? » Elle le gratifia d'un demi-sourire, alors qu'à l'intérieur, elle pensait de moins en moins que cette nuit avait été une erreur. Elle se mit ensuite sur la pointe des pieds, pour aller déposer un baiser sur le front du jeune homme, avant de le prendre dans ses bras. « Tu m'as manqué Alec, et je ne peux pas vivre ma vie sans toi en faisant partie. » C'était probablement sa façon à elle de dire qu'il y avait peut-être plus que de l'amitié entre eux, elle n'en savait rien elle-même, mais il y avait une chose dont elle était certaine : elle ne voulait absolument pas le perdre.

_________________

+ EVERYWHERE I'M LOOKING NOW I'M SURROUNDED BY YOUR EMBRACE. Je l’aime, toujours, tout le temps, à en crever. Je l’aime endormie ou déprimée, je l’aime même cokée, abrutie, dégradée. Elle réussissait, je ne sais pas comment, à rester si pure dans les situations les plus dégradantes que j’avais envie de me mettre à genoux devant elle. ALOA FTW.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

✖ PÂTISSERIES VENDUES : 205
✖ EN CUISINE DEPUIS LE : 26/12/2012

MessageSujet: Re: ALOA ❖ try to fix a heart.   Dim 30 Déc - 17:23

Une semaine sans Noa, c'était beaucoup trop. Pas assez de rires, trop de silence et surtout, beaucoup de déceptions. Lorsque le téléphone sonnait, Alec espérait entendre sa voix et devenait extrêmement désagréable avec la personne à l'autre bout du fil en prenant conscience que ce n'était pas elle. Alors pourquoi ne pas faire le premier pas ? Pourquoi ne pas décider que c'était trop long et ridicule et briser ce foutu silence... Parce qu'il n'était pas sûr. Pas sûr qu'il ne l'aimait pas plus qu'il ne voulait bien l'avoué, qu'il ne le pensait avant cette fameuse nuit. Cet "incident" en était de moins en moins un à ses yeux. Elle avait toujours été l soeur qu'il avait perdue et jamais Alec n'avait pensé la voir autrement un jour. Seulement cela lui semblait de plus en plus difficile. Elle le remercia d'être là, ce à quoi il ne trouva pour toute réponse qu'une phrase vraiment idiote. « Bah... un peu normal, on est chez moi, où voudrais-tu que je sois. » Plus que nul, alors qu'il aurait pu lui dire que lui aussi était content de l'avoir auprès de lui, alors qu'il aurait pu en profité pour lui dire qu’elle lui avait manqué, lui avoué enfin qu'il avait besoin d'elle... Non, il avait juste sorti le truc le plus pourri qu’elle ait sûrement jamais entendu. Si cela ne lui avait pas donné un air encore plus débile, il se serait giflé lui-même. Tandis qu'elle, elle souriait pour la première fois depuis son entrée dans l'appartement. La suite le fit légèrement sourire aussi, La philosophie de Noa pouvait quelque peu effrayer... Elle eut la bonne attitude, comme souvent, et ne chercha pas à en savoir plus sur la cadette de la famille Grey. Alec n'appréciait pas d'en parler, encore moins lorsqu'il ne savait rien de nouveau. C'était un sujet tabou à cause de leur père. Tout avait toujours été de sa faute. Alec aurait pu être heureux dès le début, faire de longues études et parvenir un jour à faire ce qui lui plaisait réellement. Oui, passer ses nuits derrière un bar n'était pas son ambition de départ. Il aurait pu reprendre de études après la maison de correction, bien entendu,mais il avait perdu le goût du travail bien fait et n'avait plus envie de rien après cela. Il aurait pu rester avec sa petite soeur et ne pas la rechercher en vain aujourd'hui. Une adolescente brune de dix-sept ans, ce n'était pas la personne la plus facile à différencier des autres. Noa se rapprocha de lui et parut hésiter un moment à bouger. Alec sentit son coeur battre plus fort puis se calmer doucement lorsqu’elle posa simplement le cupcake sur sa tête. Le cupcake de la paix remplaçant le calumet indien et censé lui servir de chapeau. Enfin, apparemment, cela ne lui allait pas à ravir... Dommage. Non mais c'est vrai, il aurait pu le porter dans la rue. L'avis des autres importait peu, seul ce qu'il aimait et voulait comptait. Et, évidemment, l'avis de Noa avait sa place. Elle ne le savait sans doute pas, comme bien des choses la concernant d'ailleurs. Tout ce qu'il pouvait penser d'elle, et ce n'était que du bien, Alec ne le lui avait jamais dit. C'est comme "je t'aime", personne n'avait jamais entendu ses trois mots de la bouche du jeune homme. Alec Grey avait toujours eut du mal avec l'amour, que ce soit amical, familial ou dans un couple. Avec des parents comme les siens et un père qui aimait un peu trop sa fille, ce n'était pas franchement étonnant. Il prit de nouveau la parole, peu sûr de lui, pour lui parler de la nuit qu'ils n'auraient pas dû passer ensemble et qui, pourtant, était bien réelle. « Tu... » En fait, il ne savait pas s'il avait envie d'oublier. Apprendre de ses erreurs.. Tout ce qu'il avait appris, c'était que la nuit ne s'était pas mal passée. Il n'avait jamais dit "je t'aime" de sa vie, pourtant lorsque Noa vint l'embrasser sur le front et le prendre dans ses bras, c'est tout ce qu'il avait envie de lui dire. Ses bras se refermèrent doucement sur elle et il prit le temps de savourer le moment avant de répondre. « Moi non plus, Noa, moi non plus... Sans toi, je ne sais pas. Je ne sais plus ce que je dois faire... Tout ce que je fais lorsque je ne suis pas pendu au téléphone avec toi, c'est m'affaler sur ce foutu fauteuil et regarder des émissions plus nulles les unes que les autres. » Il n'avait toujours pas dit clairement ce qu'il ressentait, il avait beau le vouloir, les mots ne sortaient pas. Comme d'habitude, quelque chose clochait chez lui.

_________________
Je prie avec un seul mot, un nom ♥️ Aloa
« It’s for you I walk through a storm It’s for you I lay me down There is nothing that I wouldn’t do for you When you call I’ll be right there I’ll turn my world right around for you Don’t you see, don’t you see I’m here »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

✖ PÂTISSERIES VENDUES : 86
✖ EN CUISINE DEPUIS LE : 27/12/2012

MessageSujet: Re: ALOA ❖ try to fix a heart.   Dim 30 Déc - 18:28

Plus jamais ça, c'était certain. Noa ne passerait plus jamais une semaine comme celle-ci. A se demander ce qu'Alec pouvait faire, et même avec qui. Oui, elle en était venue à se demander avec qui il pouvait passer ses journées, s'il avait rencontré quelqu'un, s'il s'était même mis à la remplacer, bien qu'elle espérait en son fort intérieur que ce ne fut pas le cas. Elle connaissait très bien le jeune homme, et elle le savait incapable de ce genre de traîtrise. De plus, leur relation était bien forte pour que cet "incident" vienne tout gâcher. "Incident" qui n'en était plus vraiment un pour Noa, plus le temps passait. Mais elle avait cette petite voix au fond d'elle qui lui répétait que tout ça était mal, qu'elle devrait se sentir mal à cause de ce qui s'était passé. Que son cerveau devait l'enregistré comme étant une mauvaise chose. En somme, elle était en lutte incessante contre elle-même, entre ce qu'elle ressentait et ce que sa trouille lui insufflait de faire. Parce que oui, elle avait peur. Peur de ce qu'Alec pourrait dire si un jour elle venait à lui confier ses doutes sur le fondement de leur relation. Si un jour elle venait à lui dire qu'elle ressentait autre chose pour lui, autre chose que de la simple amitié, et que la nuit dernière lui avait permis d'y voir plus clair. Ce pourquoi elle se mit à rire à sa remarque, presque à cause de ses nerfs, qui étaient à vif. Elle lui donna une petite tape sur l'épaule, comme elle l'aurait fait il y a encore une semaine, amicalement, et maintenant plus ? Arf elle ne savait pas par où commencer, par quel chemin passer pour tout lui avouer, puisque ce "tout" commençait à devenir lourd à porter pour une seule personne. De mémoire, elle ne se souvenait pas avoir été autant stressée pour quelque chose que pour cette révélation qu'elle devait faire. Sa première fois à vélo, son diplôme de fin secondaire, sa première sortie avec un garçon, les premiers résultats de ses recherches pour retrouver sa famille, rien n'était comparable à cet instant précis. Noa se sentait comme une petite fille qui ne savait pas trouver ses mots, et sentant que son problème devait se voir à l'extérieur, elle feignit un autre sourire, tentant de sauver ce qu'il restait. Replaçant l'une de ses mèches blondes rebelles à sa place, elle se rapprocha ensuite d'Alec pour tenter de lui mettre ce cupcake sur la tête, mais rien n'y faisait, ce n'était pas fait pour rester là. Même si, à vrai dire, Noa aurait payé cher pour le voir marcher comme ça dans la rue, surtout qu'elle le savait parfaitement capable de le faire. Une image tout à fait drôle lui passa à l'esprit, juste avant qu'elle ne se rende compte qu'elle tenait encore les mains du jeune homme, et qu'elle s'était encore rapprochée de lui. Ils continuèrent ensuite de parler de leur nuit passée ensemble, comme si elle avait été une belle erreur, et intérieurement, Noa avait envie de crier que ça ne l'était pas, absolument pas. Même que les choses commençaient à changer, petit à petit. A grands pas même. Ce pourquoi elle tenta de lui envoyer un message en l'embrassant sur le front et en le prenant dans ses bras, retrouvant cette proximité qu'elle aimait tant avec lui. Tout lui avait manqué : son parfum qu'elle connaissait par coeur, la chaleur de son corps qu'elle connaissait un peu mieux maintenant, et cette sorte d'apaisement quand elle se trouvait avec lui. A la réponse d'Alec, Noa sourit, parce qu'elle était tout de même contente de savoir qu'ils occupaient la même place dans leurs vies respectives, et parce qu'elle l'imaginait volontiers affalé dans son canapé, zappant toute la journée. Elle le regarda ensuite dans les yeux, posant une main sur sa joue, grand sourire aux lèvres. « Qui aurait dit que je me serais autant attachée à cette bouille ... » Elle lui caressa tendrement la joue du bout des doigts. « Alec je ... enfin j'ai réfléchi à cet "incident" dont on n'arrête pas de parler comme étant la pire chose au monde, la chose qui allait nous séparer et tout le reste, et je, enfin finalement je ... » Vas-y ma fille, fonce. « Et personnellement, je me dis que ce n'était peut-être pas une si mauvaise chose finalement, et que j'ai cette impression que les choses sont en train de changer entre toi et moi ... » Alors là ma Noa, tu en avais soit trop dit, soit pas assez. Se rendant compte de cela, elle essaya de changer de sujet. « Mais hum si tu veux, maintenant que je suis là, on peut quand même s'affaler sur le canapé et regarder des programmes intéressants cette fois hein ! ... » Trop tard ma belle, Alec avait sûrement déjà remarquer que tu étais en train d'essayer de lui faire ta déclaration à ta manière, et tu espérais grandement qu'il y réponde positivement, ou qu'alors il te foute dehors à coups de pieds dans le derrière, parce qu'en cet instant, tu étais incapable de faire un seul mouvement.

_________________

+ EVERYWHERE I'M LOOKING NOW I'M SURROUNDED BY YOUR EMBRACE. Je l’aime, toujours, tout le temps, à en crever. Je l’aime endormie ou déprimée, je l’aime même cokée, abrutie, dégradée. Elle réussissait, je ne sais pas comment, à rester si pure dans les situations les plus dégradantes que j’avais envie de me mettre à genoux devant elle. ALOA FTW.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

✖ PÂTISSERIES VENDUES : 205
✖ EN CUISINE DEPUIS LE : 26/12/2012

MessageSujet: Re: ALOA ❖ try to fix a heart.   Lun 31 Déc - 12:09

A sa réponse totalement idiote, la jeune femme eut un petit rire nerveux qui finit de tuer Alec. Le rire qui achève. Il devait avoir dit la pire connerie de sa vie et là elle se demandait comment elle avait atterrit chez quelqu'un d'aussi con. Ce n'était pas cela, mais comment aurait-il pu le savoir ? Là, il se disait juste qu’elle craquait en se demandant pourquoi elle était sortie de chez elle ce jour là. D'accord, parfois il était vraiment flippant, mais là, aujourd'hui, ce n'était vraiment pas lui. Il se sentait débile, ridicule, imbécile, terriblement seul et pitoyable. La combinaison parfaite pour des envies de suicide, mais il n'était pas suicidaire pour un sou, rien que l'idée de se tuer le retournait totalement. Il ne supportait d'ailleurs pas le mot "mort" ou "décès" ou tout ce qui se rapportait à cela. Et, si on regardait bien, il n'avait pas de lampe de chevet. Tout simplement parce que cela lui aurait causé des crises d'angoisse et de folie pas possibles. Déjà que la plupart des gens le pensaient taré... Vivre avec lui devait être une véritable épreuve, c'est en partie pour cela qu'il ne voulait pas se retrouvé vingt-quatre heures sur vingt-quatre ici avec quelqu'un. Il était juste invivable pour certaines personnes. Le matin, lui parler avant qu'il ne soit réveillé depuis une heure signifiait se faire engueuler, son désordre était tout simplement abominable et, le soir, il n'éteignait pas la télévision avant minuit ou rentrait du Cocktail Lounge à pas d'heure. Bref, la belle vie pour un potentiel colocataire. Tout cela ajouté au fait que les lampes de chevet étaient strictement interdites. Encore que, tout cela pouvait être supporté et vivable au quotidien... Certaines personnes n'avaient pas droit à ses humeurs étranges, parce qu’elles lui redonnaient le sourire quoi qu'il arrive. Et elles pouvaient, en l'y obligeant, bien sûr, lui faire ranger un minimum. Pour le reste, il n'y avait pas grand chose à faire. Il refusait catégoriquement de voir de nouveau un psychologue. Celle qu'il avait été forcé de consulter durant deux ans lui avait seulement fait répété et répété la même chose, chose qu'il aurait seulement voulu enfouir dans un coin de sa mémoire et ne plus jamais y toucher mais non, madame voulait qu'il en parle. Sa foutu méthode n'avait fait fait que le torturé et le rendre obsédé par cette histoire. Si elle le voyait aujourd'hui, elle aurait déjà démissionné. Elle n'avait servi à rien, elle l'avait seulement détruit encore plus. Relevant les yeux vers Noa,il s'aperçut qu’elle semblait tiraillée entre deux idée. Peut-être les mêmes que lui. Il l’espérait. Continuer d'essayer de penser que ce qu'il ressentait n'était que passager et dû au fait qu'il ne savait plus trop où il en était ou se rendre à l'évidence et accepter que la réalité était autre que ce qu'il avait cru et voulu... Lorsqu’elle se fut rapprochée, Alec espéra qu'elle ne partirait plus, il se promit de tout faire pour ne plus vivre une semaine pareille, sans elle, avec l'impression d'être abandonné, perdu dans les bois comme le Petit Poucet et poursuivit par le grand méchant loup comme le Petit Chaperon Rouge. Non, il était hors de question qu'il risque de la perdre pour de bon. Il ne s'en remettrait jamais, de toutes manières. Quand il l'eut prit dans ses bras, il se demanda comment il avait supporté son absence. Ne plus sentir son parfum, ne plus l'avoir là, doucement serrée dans ses bras toute la journée à parler de leurs problèmes et de leur famille. Elle lui avait tellement manqué... Lorsqu'on pensait que, même pas deux jours plus tôt, Alec était en train de dire que tomber amoureux, le coup de foudre et tout cela n'était vraiment pas pour lui... Il avait au moins raison sur un point, le coup de foudre ce n'était vraiment pas son truc. Noa squattait son appartement, et inversement, des heures et des heures depuis déjà un moment et il prenait conscience aujourd’hui qu'il l’aimait plus que comme une soeur. Non, ça c'était le coup de foudre le plus tardif de l'histoire. « Ce n'était pas un accident... On aura beau dire tout ce que l'on voudra, mettre ça sur le compte de l'alcool, on aurait pas fait ça sans le vouloir un minimum... » L'évidence venait de triomphé, pour la suite ce serait certainement plus compliqué, il appréhendait vraiment la réaction de Noa. La jeune femme avait rapidement changé de sujet, ce qui laissait Alec légèrement perplexe. Il la fit reculé doucement jusqu'au canapé, sans la défaire de son étreinte, puis la lâcha pour qu’elle s'asseye. « Fais gaffe, tu passe du côté obscur de la force en succombant à a tentation de t'asseoir sur ce canapé. » Mais bon, tant pis pour Yoda et compagnie parce qu'Alec appréciait beaucoup ce divan et le partager avec Noa. Mais, même avec cela, il n'avait pas oublié ce qu’elle venait de dire. Il ne discernait plus très bien ses pensées des paroles de Noa, comme si elle avait lu dans ses pensées et répété exactement ce qu’elle avait entendu. « Qu'est-ce que tu penserais si je te disais que tu étais plus qu'une soeur pour moi ? » Façon pas si subtile que cela de lui avouer. Il était assis dans le canapé, ne faisant pas attention à l'émission de télévision qu'il regardait avant l'arrivée de Noa et qu'il n'avait pas arrêtée avant d'aller lui ouvrir. Et, depuis, il n'avait pas beaucoup bougé en fait.

_________________
Je prie avec un seul mot, un nom ♥️ Aloa
« It’s for you I walk through a storm It’s for you I lay me down There is nothing that I wouldn’t do for you When you call I’ll be right there I’ll turn my world right around for you Don’t you see, don’t you see I’m here »


Dernière édition par V. Alec Grey le Mar 1 Jan - 18:17, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

✖ PÂTISSERIES VENDUES : 86
✖ EN CUISINE DEPUIS LE : 27/12/2012

MessageSujet: Re: ALOA ❖ try to fix a heart.   Lun 31 Déc - 14:59

Noa aimait bien taquiner Alec, elle l'avait toujours fait. Peu après leur rencontre, elle avait déjà laissé son naturel avenant et joueur venir prendre le dessus. Elle avait de suite essayé de détendre l'atmosphère en lui faisant des blagues toutes pourries, alors il n'avait pas à se sentir mal pour celle qu'il venait de sortir. Bien au contraire, elle ne le trouvait que plus adorable comme ça. Il leur permettait à tous deux d'oublier leurs familles respectives qui leur manquaient, et leurs tracas quotidiens, qui ne viendraient apparemment pas troubler ce moment qu'ils partageaient tous les deux. Ou du moins, si peu. Parce qu'ils ne pouvaient dire que tout allait bien, vu le malaise qui s'était installé entre eux. Pourtant, chaque fois que Noa venait à l'appartement d'Alec, c'est-à-dire tous les jours de la semaine, elle s'y sentait comme chez elle. Certes, Alec n'était pas le roi du rangement, ni de ceux qui accueillent tout le monde les bras grand ouverts, mais avec Noa, il avait toujours montré son meilleur côté. Il ne lui avait fermé la porte, il ne lui avait jamais refusé son épaule et ses bras lorsqu'elle avait besoin de réconfort et de se confier. Oui, il avait été là lorsque d'autres ne l'étaient pas, et c'était probablement à cette époque qu'ils avaient déjà commencé à se rapprocher. Elle était bien différente pour lui, et inversement. Certaines amies de Noa lui avaient déjà mis la puce à l'oreille en lui disant qu'ils agissaient parfois beaucoup plus comme ... et bien comme un couple qu'en tant que frère et soeur. Ils étaient bien trop proches, bien trop possessifs l'un envers l'autre pour que ce ne soit que de la pure et simple amitié. Noa n'avait juste pas voulu ouvrir les yeux, mais à présent, depuis cette nuit passée ensemble, la blondinette n'avait plus de doutes, elle ne savait tout simplement pas comment tout annoncer à Alec. Elle connaissait son côté solitaire, presque "anti-amour", qui ne voudrait sûrement pas s'engager dans une relation de la sorte, mais elle le connaissait également tellement prévenant, et prêt probablement à faire des sacrifices pour ceux qu'il aimait. Si encore il l'aimait comme elle l'aimait. Oui, c'était assez difficile d'être dans la tête d'une fille à ce que vous pouvez voir. Elle l'aimait, et avait peur de le lui avouer, peur de le perdre par la suite. « Là-dessus, je crois qu'on est totalement d'accord ... » Elle le regardait à présent dans les yeux, et elle était certaines qu'on pouvait y voir ces petites étincelles qui ne la quittaient plus depuis qu'elle avait repris un peu espoir. Alec était du même avis qu'elle : cette nuit passée ensemble n'était pas une erreur. Ils l'avaient voulue tous les deux, bien qu'ils mettent cela sur le compte de l'alcool. Ce dernier n'avait été là que pour les aider à franchir ces barrières qu'ils s'étaient eux-mêmes imposées. « Oh je prends le risque très cher. » Noa lui fit un clin d'oeil et se laissa ensuite emmener jusqu'au canapé, où elle s'assit aux côtés d'Alec, portant enfin son regard sur la télévision, qui était restée allumée, en mode presque muet. Un autre programme inintéressant défilait à l'écran, de ceux qui passaient en journée pour divertir certaines personnes. Instinctivement, Noa vint se blottir contre Alec, venant nicher son visage au creux de son cou, se sentant bien mieux comme ça. Oubliant peu à peu la télévision allumée, elle sentit un unique frisson partir de sa nuque, se propager à ses autres membres, et finalement mourir à la plante de ses pieds. Sans peut-être s'en rendre compte, Alec venait de lui avouer ce qu'elle tenait de faire depuis tellement de temps. Restant blottie là où elle était, elle lui chuchota au creux de l'oreille : « Je te dirais que je pense la même chose, et que j'avais toujours cette peur de te dire ce que je ressentais ... » La jeune femme se releva légèrement, et croisa le regard d'Alec. Elle lui sourit, avant d'écouter ses pulsions et de venir l'embrasser, glissant une main dans ses cheveux, et elle se rapprocha encore plus de lui, comme si tout ça lui avait manqué depuis la semaine dernière.

_________________

+ EVERYWHERE I'M LOOKING NOW I'M SURROUNDED BY YOUR EMBRACE. Je l’aime, toujours, tout le temps, à en crever. Je l’aime endormie ou déprimée, je l’aime même cokée, abrutie, dégradée. Elle réussissait, je ne sais pas comment, à rester si pure dans les situations les plus dégradantes que j’avais envie de me mettre à genoux devant elle. ALOA FTW.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

✖ PÂTISSERIES VENDUES : 205
✖ EN CUISINE DEPUIS LE : 26/12/2012

MessageSujet: Re: ALOA ❖ try to fix a heart.   Mar 1 Jan - 19:49

Tant que Noa ne partait pas, on pouvait estimer que le jeune homme n'avait pas encore atteint le summum de l'idiotie. Ce qui pouvait être interprété de deux manières différentes. Soit il parvenait à rester un minimum normal, soit il allait faire pire dans pas longtemps... D'habitude, il était tout sauf ridicule, excepté lorsque cela l'arrangeait et aidait à détendre l'atmosphère. Il se rendait bien compte que ce n'était pas simplement le fait qu'il se sente mal à l'aise après ce qui s'était passé la semaine précédent ce jour, mais bien qu'il n'avait pas la moindre envie de considérer cela comme un accident parce que ses sentiments pour Noa étaient autres que ce qu'il avait tout d'abord voulu croire. Parce que cette nuit là, il aurait pu tout arrêter dans un moment de lucidité ou l'alcool n'embrumait plus autant son cerveau mais qu'il ne l'avait pas fait. Noa non plus, d'ailleurs, ce qui le rassurait un peu quant à leurs sentiments respectifs, qui s’avéraient de plus en plus proches quand il y pensait. Alec devenait abruti car c'était la première fois qu'il se retrouvait dans cette situation et que c'était plus que décourageant de se dire qu'il ne savait absolument pas comment s'y prendre pour lui avouer sans risquer qu’elle le laisse tomber. Oui, il avait l'impression qu'elle ressentait la même chose, mais l'amour rend aveugle et il avait peur d'être devenu aveugle à toute réalité autre que ce qu'il éprouvait à l'égard de Noa. Autant dire que sa réponse lui ôta un énorme poids des épaules, il avait raison, c'était plutôt encourageant. Malgré lui, il la serra un peu plus fort, et sourit légèrement face à son regard qu'il voyait étinceler, ne doutant pas une seule seconde qu'il avait exactement le même en ce moment. « Là tu vois, tu me soulage. » Énormément en fait, il ne comprenait même plus pourquoi il avait d'abord nié l'évidence en bloc. La peur, sûrement, pour la première fois depuis très longtemps, il voulait bien avouer qu'il avait eut peur. Son clin d'oeil lui tira un sourire un peu idiot mais peu importait, puis il la mena jusqu'au canapé sans répondre. Vu la conversation qu'ils venaient d'avoir, elle prenait plus d'un risque... Alec sentit que son coeur loupait un battement lorsqu’elle vint se blottir contre lui, comme si de rien n'était, malgré le malaise, malgré la conversation, malgré tout. Aussi, il frissonna en sentant son souffle dans son cou et en entendant ses paroles. Il était de plus en plus soulagé, mais aussi de plus en plus perdu. Il ne savait absolument pas quoi répondre maintenant. Par chance, Noa prit les devants et il n'eut pas besoin de mots pour se faire comprendre. L'embrasser était tout ce qu'il avait envie de faire depuis leurs aveux... Alec plaça une main dans la nuque de Noa pour la garder contre lui, continuant à l'embrasser passionnément, certain de ne pas s'en vouloir par la suite, cette fois.

_________________
Je prie avec un seul mot, un nom ♥️ Aloa
« It’s for you I walk through a storm It’s for you I lay me down There is nothing that I wouldn’t do for you When you call I’ll be right there I’ll turn my world right around for you Don’t you see, don’t you see I’m here »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

✖ PÂTISSERIES VENDUES : 86
✖ EN CUISINE DEPUIS LE : 27/12/2012

MessageSujet: Re: ALOA ❖ try to fix a heart.   Mer 2 Jan - 19:54

Noa se sentait de plus en plus à l'aise à mesure que le temps passait. Avant d'arriver cet après-midi, elle s'était imaginé tous un tas de scénarios plus désastreux les uns que les autres. Elle avait imaginé le visage d'Alec lui annonçant qu'il ne voulait plus la revoir, ou au contraire, qu'il ne lui ouvre pas du tout. Elle avait hésité, s'était retourné la question plusieurs fois dans sa tête, avant de finalement se décider pour aller lui rendre cette visite. Elle avait pris ses cupackes, se disant qu'ils auraient été un bon moyen de détourner la conversation si celle-ci se terminait par une dispute. Oui, Noa avait envisagé les pires scénarios, mais elle était loin de s'imaginer que les choses auraient dévié de la sorte. Elle se trouvait là, assise sur ce canapé, blottie contre Alec, son souffle allant s'échouer dans son cou, et elle lui avouait indirectement tout ce qu'elle avait sur le coeur. Elle lui confiait tous ces beaux sentiments qu'elle avait emmagasiné, tous ces bons moments qu'elle avait partagés avec lui, mais qu'elle avait osé garder pour elle seule. Alors oui tout ça lui faisait peur, oui elle se demandait si tout n'allait pas se transformer en poussière lorsqu'elle se réveillerait, mais cette aventure méritait d'être tentée, d'être vécue. Et il semblerait qu'Alec pense la même chose qu'elle. Déjà un poids de retiré, et c'était probablement pour cela que Noa osa prendre le dessus. Que lorsqu'elle croisa le regard d'Alec, elle n'hésita pas une seule seconde à aller l'embrasser. Ils avaient déjà beaucoup parlé d'amour tous les deux, du fait qu'ils ne voudraient jamais réellement s'engager dans une relation sérieuse, que ce ne devait tout simplement pas être fait pour eux. Ils avaient rigolé à ce sujet, se disant que s'ils avaient quarante ans et qu'ils étaient toujours célibataires, ils se mettraient ensemble, en plaisantant bien entendu. Mais Noa se rappelait l'avoir regardé à ces instants-là avec la même étincelle qu'à présent : elle y croyait à eux deux bon sang, plus qu'à tous ces dieux que les autres avaient pu trouver. Elle se sentait beaucoup mieux avec lui, et lorsqu'elle sentit qu'il répondait positivement à son baiser, elle sourit, tout en ne se détachant pas de lui. Elle en vint même à se mettre à califourchon sur lui, passant ses bras autour de son cou, collant son front au sien. « Je suppose que c'était déjà clair, mais au cas où, je préfère te le dire en face ... » Elle plongea son regard dans le sien, un sourire attendri aux lèvres. « Je vous aime Monsieur Vladimir Alec Grey, et ça n'est pas prêt de changer ... » Oui, elle s'était lancée, et elle n'en croyait pas ses propres oreilles. Elle savait qu'Alec devait flipper intérieurement en ce moment, qu'elle le mettait devant le fait accompli, mais elle ne pouvait plus garder tout ça pour elle. Son coeur battait bien plus vite, et elle avait un peu peur de la réaction du jeune homme, bien qu'elle savait à présent qu'il tenait à elle plus que comme une simple soeur.

_________________

+ EVERYWHERE I'M LOOKING NOW I'M SURROUNDED BY YOUR EMBRACE. Je l’aime, toujours, tout le temps, à en crever. Je l’aime endormie ou déprimée, je l’aime même cokée, abrutie, dégradée. Elle réussissait, je ne sais pas comment, à rester si pure dans les situations les plus dégradantes que j’avais envie de me mettre à genoux devant elle. ALOA FTW.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

✖ PÂTISSERIES VENDUES : 205
✖ EN CUISINE DEPUIS LE : 26/12/2012

MessageSujet: Re: ALOA ❖ try to fix a heart.   Jeu 3 Jan - 18:15

Pas une seule fois l'idée de ne pas ouvrir la porte de son appartement à Noa n'avait effleuré l'esprit d'Alec. Il y avait beau y avoir eut un malaise, tout à fait ridicule et insensé maintenant qu'ils y repensaient, entre eux, il ne se voyait pas refusé sa visite. Il ne lui en voulait pas, il n'en voulait à personne et encore moins maintenant qu'ils en avaient reparlé. Jamais il n'aurait raté l'occasion de se "réconcilier", que ce soit à l'aide d'un cupcake dit "de la paix" ou le résultat d'une conversation entre adultes presque responsables. Oui, car Alec ne se comportait pas toujours en tant que tel, Noa non plus, autrement ils n'auraient pas pu s'entendre. Quelqu'un qui se prenait toujours au sérieux et cetera n'avait absolument rien à faire un Grey. Ses parents lui avaient au moins enseigné l'humilité et quelques petites choses qu'il devait faire et dire machinalement aujourd'hui mais qu'il en se rappelait pas avoir apprises un jour avec eux. Ils avaient tout deux laissé une trace, mais aucun ne pouvait servir d'exemple à leurs enfants, qui se souvenaient bien mieux de leur mauvais côté, leurs défauts, leurs erreurs, de sa mort méritée pour l'un et de sa fuite honteuse pour l'autre. Dans toutes ces pensées, il y avait une grande place pour Noa, qui s'était maintenant redressée. Sa réponse l'avait tout simplement bouleversé, il était plus qu'heureux de ne pas s'être planté comme un imbécile mais il lui restait à faire ce qui lui avait tant manqué depuis la semaine dernière. Comme si elle avait été dans ses pensées à cet instant, la jeune femme se pencha et l'embrassa. Ce n'était pas la première fois qu'il embrassait quelqu'un, après tout Alec avait eut une vie avant de la rencontrer, mais il n'avait jamais ressenti cela. En effet, il n'avait jamais été amoureux... Lorsqu’elle s'assit à califourchon sur lui, le jeune homme referma ses bras dans le dos de Noa et plongea son regard sombre dans le sien. Et ses mots le frappèrent tant ils étaient en accord avec ce qu'il pensait, encore une fois. Elle lui avait tout simplement ôté les mots de la bouche, comme souvent. Il se souvenait de leurs conversations sur l'amour qu'ils ne trouveraient jamais, que lui n'avait d’ailleurs pas envie de trouver, et de l'idée de former un couple lorsqu'ils auraient quarante ans et toujours personne. Alec n'avait pas besoin d'avoir vingt ans de plus pour l'aimer, sans parler de ce qu'il avait pensé jusqu'à aujourd'hui à propos de ce sentiment... « Je t'aime, Noa. Ma Noa. » Il avait hésité avec un "oui, moi aussi je m'aime", mais dans un moment pareil ce n'était pas du tout malin d'essayer de faire de l'humour. Il aurait juste cassé l'ambiance et fait vraiment pire que toutes ses paroles précédentes rassemblées. Exactement le contraire de ce qu'il souhaitait. Après cela, Alec s'appuya sur ses bras pour se redresser et venir de nouveau embrasser Noa, son coeur battant la chamade tandis qu'il tentait de se faire à l'idée qu’elle occupait maintenant une tout autre place dans sa vie, place qu'il avait toujours pensé garder vide jusqu'à sa mort, ce qui ne lui aurait pas déplu si Noa n'avait pas soudainement fait irruption dans sa petite vie peu distrayante. Il n'avait pas penser que leur relation évoluerait autant lorsqu'il avait accepté de l'aider dans la recherche de ses origines. Il s'était dit qu'en retour elle l'aiderait pour sa petite soeur et que ce serait fini, merci beaucoup et au revoir quoi... Mais il s'était attaché à Noa plus qu'à personne d'autre auparavant, jusqu'à prendre conscience qu'il en était tombé amoureux.

_________________
Je prie avec un seul mot, un nom ♥️ Aloa
« It’s for you I walk through a storm It’s for you I lay me down There is nothing that I wouldn’t do for you When you call I’ll be right there I’ll turn my world right around for you Don’t you see, don’t you see I’m here »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

✖ PÂTISSERIES VENDUES : 86
✖ EN CUISINE DEPUIS LE : 27/12/2012

MessageSujet: Re: ALOA ❖ try to fix a heart.   Lun 7 Jan - 20:29

Et ça y est. On y était. A ce changement, qui avait été bien vu venir de loin. La suite d'une histoire qui était déjà écrite, et que tout le monde avait prédite, même les protagonistes eux-mêmes. Bien entendu, ni Alec ni Noa n'avaient envisagé pouvoir passer ce cap si important dans tout début de relation lors de leur rencontre. Ils pensaient juste s'être trouvé un compagnon, une épaule sur qui pleurer lorsque les temps seront difficiles et un ami avec qui partager leurs sourires dans les bons moments. En bref, une amitié solide, qui résisterait à tout, et même à l'amour ? Parce que c'était bien ce qui était en train de leur arriver. Ils n'étaient plus ces deux étrangers qui osaient à peine se parler au départ. Ils n'étaient plus ces deux êtres qui, en cherchant leurs proches, avaient fini par se trouver eux-mêmes. Notre très chère Noa avait eu la peur de sa vie en avouant la première ce que son coeur retenait pour lui seul depuis tellement de temps, mais finalement, elle ne regrettait rien. Au contraire, elle était heureuse depuis longtemps. La sensation qu'elle avait en cet instant n'avait été qu'un souvenir pour elle durant ces dernières années. Des relations sans lendemain, elle en avait connues, et elle en avait été dégoûtée. Chasser, être chassée, jouer et finalement laisser partir. Partir, encore et toujours. Elle en avait assez de courir et de souffrir. Et dès qu'elle avait rencontré Alec, les choses avaient changé. Elle s'était promis d'être heureuse. De savourer chacun des petits moments qu'il pourrait lui offrir, sans même s'en rendre compte. Oui, Alec avait changé sa vie, l'avait rendue meilleure, sans s'en douter. Tout était arrivé naturellement, comme une douce brise d'été qui viendrait doucement vous rappeler que vous êtes encore vivants, et que la vie continue, malgré ses hauts et ses bas. Alors vous pouvez me croire si je vous dis que lorsqu'elle entendit la déclaration d'Alec, Noa sentit que le monde entier autour d'elle s'arrêtait pour les contempler. Elle n'entendit plus rien, et continua cependant de caresser doucement les cheveux du beau brun, en souriant et en le regardant, toute attendrie qu'elle était. Que vouliez-vous qu'elle réponde à ça ? Tout avait été dit, tout parlait de lui-même. Elle alla donc prendre le visage d'Alec entre ses mains, répondant à son baiser, entourant sa taille de ses jambes. « Tu sais qu'à présent, tu m'auras tout le temps sur le dos, et que je risque de ne plus vouloir partir d'ici ? » Mademoiselle avait trouvé le temps, entre deux baisers, de faire de l'humour, une fois de plus. Peut-être parce que cette question la titillait, peut-être parce qu'elle se demandait si ces déclarations faisaient d'eux ... un couple ? Noa n'osait pas aborder le sujet, retrouvant cette peur du début dans le ventre, mais elle était certaine de ne plus vouloir quitter Alec, quoi qu'il arrive.

_________________

+ EVERYWHERE I'M LOOKING NOW I'M SURROUNDED BY YOUR EMBRACE. Je l’aime, toujours, tout le temps, à en crever. Je l’aime endormie ou déprimée, je l’aime même cokée, abrutie, dégradée. Elle réussissait, je ne sais pas comment, à rester si pure dans les situations les plus dégradantes que j’avais envie de me mettre à genoux devant elle. ALOA FTW.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

✖ PÂTISSERIES VENDUES : 205
✖ EN CUISINE DEPUIS LE : 26/12/2012

MessageSujet: Re: ALOA ❖ try to fix a heart.   Mar 8 Jan - 20:05

Pour être tout à fait honnête, Alec n'avait jamais vraiment aimé personne. Si, sa famille, bien entendu, mais, à la limite, on pouvait ne plus compter ses parents depuis qu'il avait sept ou huit ans, depuis qu'il n'était plus assez intéressant à leurs yeux... Il aimait Eden aussi fort que Noa, mais elles étaient bien les seules. Et, depuis maintenant cinq ans, il ne voyait plus du tout la première. C'était justement le fait de ne plus avoir aucun contact avec sa petite soeur qui l'avait poussé à aider Noa, et de là ils en étaient arrivés à... ça. A de l'amour, du vrai, il fallait bien l'avouer désormais. C'était d'autant plus beau pour lui, qui n'avait purement et simplement jamais ressenti cela. Ils n'avaient plus grand chose à se dire maintenant, car trois petits mots suffisaient amplement. La question de Noa tira un léger sourire à Alec. Lui qui ne se défaisait jamais de son petit sourire moqueur et provoquant, qui ne supportait pas les films à l'eau de rose, les niaiseries, le sentimentalisme ; lui qui détestait tout simplement la plupart des gens et ne se gênait pas pour le montrer faisait juste tout le contraire de d'habitude. Il lui semblait revenir des années en arrière, alors qu'il avait cinq ans et était amoureux de sa maîtresse d'école... Depuis lors, il avait oublié à quoi elle ressemblait, mais il se rappelait parfaitement qu'il bégayait encore plus qu'un enfant de son âge normal lorsqu'il devait s'adressé à elle. Tout cela pour se dire, un an après, qu'il avait juste totalement perdu la tête. Depuis, à ses yeux, c'était pathétique de se mettre dans un état pareil pour un sentiment, il n'avait jamais compris les gens amoureux qui avaient ce sourire béat et un air d'illuminé ou d'attardé. « Ça tombe bien, je n'ai pas la moindre envie que tu t'en ailles... » En emmenant un morceau de son coeur avec elle pour le lui rendre uniquement lorsqu'ils se reverraient de nouveau ? Pour qu'il souffre comme n'importe quelle personne amoureuse en ne la retrouvant pas à côté de lui tout les jours, à toutes les heures de la journée ? Hors de question. Le jeune homme voulait bien aimé et faire absolument tout ce qu'elle voulait, mais devenir un amoureux transi qui attend impatiemment de retrouver l’intéressée pour se sentir bien et cetera, non, jamais, il avait déjà bien trop souffert. « Et tu dois savoir que tu ne sortira jamais plus toute seule et que même lorsque tu ne le saura pas, je serai là en train de t'espionner... Je voudrais pas te faire peur mais bon... » Quand même un petit peu, histoire qu'elle ne soit pas trop surprise... S'il le fallait, ou si elle le demandait, il la laisserait tranquille. Il avait lui-même des choses à faire qui ne nécessairement pas la présence de Noa, et qu'il préférait faire sans elle. Passé la soirée chez un(e) ami(e) avec Noa qui s'incrustait, c'était juste inconcevable. Bref, leurs humours allaient bien ensemble, la blonde & le bueno, Alec était blond à l'intérieur, c'était évident...

_________________
Je prie avec un seul mot, un nom ♥️ Aloa
« It’s for you I walk through a storm It’s for you I lay me down There is nothing that I wouldn’t do for you When you call I’ll be right there I’ll turn my world right around for you Don’t you see, don’t you see I’m here »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

✖ PÂTISSERIES VENDUES : 86
✖ EN CUISINE DEPUIS LE : 27/12/2012

MessageSujet: Re: ALOA ❖ try to fix a heart.   Dim 13 Jan - 19:35

C'était tout à fait la bonne réponse. Tout à fait ce que Noa avait besoin d'entendre lorsqu'elle avait demandé à Alec si le fait qu'elle prenne une autre place dans sa vie le dérangeait. Certes, elle n'avait pas formulé la question sous ces termes, elle ne le lui avait pas directement et clairement demandé, mais cette réponse lui prouvait qu'elle faisait bien de croire à un "nous" possible entre eux deux. « J'aime beaucoup cette réponse je dois dire. » Elle lui vola un baiser avant de continuer. « Puis je dois t'avouer que partir serait bien trop douloureux, surtout maintenant que ... tu m'aimes autant que je t'aime. » Wahou Noa, ma fille, tu viens de nous sortir le verbe "aimer' deux fois de suite dans la même phrase, c'est un exploit. Surtout en face d'Alec. Dieu seul savait combien ce garçon l'avait intimidée fut un temps, alors qu'ils n'étaient encore que des amis proches. Elle avait toujours cette peur de mal faire quelque chose, toujours peur qu'il la trouve ridicule lorsqu'elle sortirait malgré elle une blague douteuse, ou tout simplement qu'il cesse de la trouver intéressante au fil du temps, que leur relation si fusionnelle finisse par s'essouffler, et qu'elle le perde. Oui, elle partait peut-être quelque peu défaitiste, mais regardez un peu le tableau : elle ne se souvenait plus de sa famille, ses relations amoureuses avaient toujours été des échecs, alors il y avait de quoi douter au départ, non ? Blondie se mit ensuite à rire à la prochaine remarque d'Alec. A vrai dire, elle était contente de savoir qu'ils avaient le même sens de l'humour, c'était un bon signe. Alors comme ça il comptait la traquer partout ? Oh ce n'est pas elle que ça gênerait hein. (a) « Trop tard, je crois que le mal est déjà fait ... » Elle plaisantait bien entendu, mais le fait de voir le visage d'Alec qui y croyait la fit sourire. « Je plaisante bien sûr, tu ne m'as pas effrayée, du moins pas encore. » Elle lui tira la langue comme une fillette l'aurait fait. « Et j'aimerais bien que tu me suives partout de toute façon, en ce moment en fait, je crois que j'aurais énormément de mal à être loin de toi ... » Ce qui était totalement vrai. Certes ils auraient leurs intimités à eux, ils auront leurs petits moments en privé chacun de leur côté, mais ils partageront beaucoup d'autres moments ensemble, des moments qu'ils seront ravis de raconter à leurs enfants un jour, s'ils en ont. Noa caressa ensuite délicatement ses cheveux, avant de lui demander : « D'ailleurs, ça te dirait que je fasse la cuisine ce soir ? Toi, moi, un bon petit plat, devant la télévision, tout ce que tu veux d'ailleurs. » Et oui, Noa n'avait pas réellement envie de partir, et puis le soleil commençait à s'en aller au dehors, la soirée allait commencer.

_________________

+ EVERYWHERE I'M LOOKING NOW I'M SURROUNDED BY YOUR EMBRACE. Je l’aime, toujours, tout le temps, à en crever. Je l’aime endormie ou déprimée, je l’aime même cokée, abrutie, dégradée. Elle réussissait, je ne sais pas comment, à rester si pure dans les situations les plus dégradantes que j’avais envie de me mettre à genoux devant elle. ALOA FTW.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

✖ PÂTISSERIES VENDUES : 205
✖ EN CUISINE DEPUIS LE : 26/12/2012

MessageSujet: Re: ALOA ❖ try to fix a heart.   Lun 14 Jan - 19:16

Bien entendu, ce n'était pas par simple peur de souffrir qu'Alec ne voulait pas qu'elle parte, et puis quoi encore, mais bien parce qu'il acceptait son nouveau rôle, parce qu'elle faisait encore plus partie de sa vie, et de lui, maintenant. Parce qu'il l'aimait, simplement. Tu m'aimes autant que je t'aime... Mais depuis quand l'aimait-elle autant qu'il se rendait compte qu'il l'aimait aujourd'hui ? Dans cette question, il y avait une bonne partie peu compréhensible... Dès qu'il aurait trouvé une manière simple d’exprimer cela, il tenterait de le demander à Noa. « C'est moi qui t'aime le plus. » Voilà, il ne fallait pas le tenter, c'était la pire chose à faire quand on captait un peu de sérieux de sa part... Par chance, elle avait l'habitude et cela ne devait pas vraiment la déranger. Si c'était le cas, elle aurait dû réfléchir avant de lui avouer ses sentiments. Il sourit légèrement à la réaction de Noa, espion cela lui aurait été très bien, quoi. Lorsqu'il était petit, c'était son ambition, il fallait juste se faire remarquer par les services secrets et cetera puis c'était bon. Le costume cela lui irait très bien, tout lui allait Sa remarque lui fit hausser un sourcil, pas persuadé qu’elle rigole, puis il fit une tête du genre "ha, ha, très drôle", lorsqu'elle le rassura. « A mon avis, cela ne va pas tarder. Je ne peux pas m'empêcher de faire peur aux gens, tu me connais. » Une véritable terreur notre Alec, il ne faut pas se fier à son visage d'ange et son corps de rêve. « Alors reste. » Ils avaient déjà le même point de vue à ce sujet, elle ne pouvait pas partir. Pas le droit, privée de sortie jusqu'à nouvel ordre... Il n'imaginait juste pas la suite. Disons simplement qu'il ne les voyait pas côte à côte dans un fauteuil roulant à regarder les voitures passer... Peut-être que cela viendrait avec le temps, mais c'était peu probable. Alec et la vieillesse, ce n'était pas trop cela. « Pour ce qui est de te suivre partout, il te faut juste une laisse pour ne pas me perdre et ça roule... » Humour idiot quand tu nous tiens... Là, elle pouvait avoir peur. Passer la soirée avec un taré, mais ouii... Dès qu'on parlait de nourriture, Alec était d'accord. Cela ne se voyait pas sur lui, bien entendu, mais c'était vivre pour manger et pas manger pour vivre ici. Il acquiesça doucement de la tête. « Hmm... Mais ne t'étonne pas si tu trouves des choses bizarres pas là-bas, c'est un peu Fort Boyard, tu ne sais jamais sur quoi tu peux tomber. » Répondit-il en désignant la cuisine d'un signe de tête en arrière. Ça aussi cela pouvait paraître effrayant, mais c'était justifié. « Souvent c'est pas génial. » Petite précision en plus, au cas où elle ne connaîtrait pas le jeu.

_________________
Je prie avec un seul mot, un nom ♥️ Aloa
« It’s for you I walk through a storm It’s for you I lay me down There is nothing that I wouldn’t do for you When you call I’ll be right there I’ll turn my world right around for you Don’t you see, don’t you see I’m here »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: ALOA ❖ try to fix a heart.   

Revenir en haut Aller en bas
 

ALOA ❖ try to fix a heart.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SEA SUGAR AND SAN DIEGO™ :: 
 :: NORMAL HEIGHTS :: Appartement de V. Alec Grey
-