AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 " Roses are red, facebook is blue, all i want is only you" ► C. Hapiness Cruz [1oo%]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

✖ PÂTISSERIES VENDUES : 243
✖ EN CUISINE DEPUIS LE : 26/06/2012

MessageSujet: " Roses are red, facebook is blue, all i want is only you" ► C. Hapiness Cruz [1oo%]   Sam 2 Fév - 20:10



Chloé Hapiness Cruz
And in that moment, I swear we were infinite.
nom, prénom : écrire ici. ◭ surnom : Hapi" ou Chloclo. ◭ âge : 19 ans. ◭ origines :Espagnole-Française-Américaine . ◭ statut : écrire ici. ◭ études/ métier : Designer Canin. ◭ caractère : Colérique, blagueuse, affectueuse, curieuse, emmerdeuse, surprenante et Carpe Diem. ◭ groupe: Les parfaits. ◭ crédit :
tu aimes: LES LASAGNEES tu n'aimes pas: écrire ici. ◭ ton avis sur san diego: écrire ici ◭ la célébrité sur ton avatar: the sexiest Hyland ◭
in real life
prénom et pseudo : Nash ∞ âge : 17 ans ∞ sexe : Girl ∞ comment as-tu connu le forum ? Google mon meilleur ami ∞ raconte-nous ton point de vue sur le forum : Vraiment cool, je le recommande toujours . ∞ tes autres comptes sur sssd : Rien. ∞ personnage inventé ou scénario ? Inventé. ∞ célébrité : Sarah Hyland. ∞ code du règlement :viens goûter aux délicieuses saveurs de San Diego mais attention aux kilos!

_________________


« trouble, trouble, trouble. »
Taylor S. ▬ I knew you were trouble when you walked in, so shame on me now. Flew me to places i'd never been, so you put me down. I knew you were trouble when you walked in, so shame on me now. Flew me to places i'd never been... Now i'm lying on the cold hard ground.
(c) Myuu.BANG!



Dernière édition par C. Hapiness Cruz le Sam 2 Fév - 20:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

✖ PÂTISSERIES VENDUES : 243
✖ EN CUISINE DEPUIS LE : 26/06/2012

MessageSujet: Re: " Roses are red, facebook is blue, all i want is only you" ► C. Hapiness Cruz [1oo%]   Sam 2 Fév - 20:11

our story

►► Chacun de nous a un ange, un gardien qui veille sur nous. On ne sait pas quelle forme ils vont prendre, un jour c'est un vieillard, le lendemain, une petite fille. Les apparences sont trompeuses, ils peuvent être aussi féroces que des dragons. Pourtant ils ne sont pas là pour se battre à notre place mais pour chuchoter depuis les feux de la rampe. Pour nous rappeler que c'est nous, chacun de nous qui détenons les pouvoirs dans les mondes que nous créons. Il est pourtant difficile de construire un monde lorsque les bases s'effondrent. Instable, la petite personne que j’étais, s'effondre peu à peu. Elle revoit en boucle ces évènements: Une petite fille âgée d'à peine 10 ans, courant derrière des hommes et des femmes en blouse blanches. Oui cette image passe et repasse. Mon enfance devient apocalyptique, la terre tremble, le monde s’effondre. Mon père resté en retrait ne sait plus quoi faire, ma sœur a subitement déguerpit. Les apparences sont trompeuses, les repères se brouillent. Le goût sucrée d'une enfance heureuse s'estompe, pour ne laisser plus qu'un goût amère, un gout de "que vais-je faire ?". La vie est faite de telle sorte qu'elle nous condamne à ces événements, comme s'il y avait derrière elles, une réelle volonté d'en faire un spectacle comme une sorte de tragi-comédie. Tous ces jeux deviennent pourtant bien réalité. Et le seul morceau de cette vie fantastique n'est plus qu'un souvenir gravé sur un bracelet retrouvé dans la voiture de l'accident. Cette même voiture qui a cogné brutalement ce taxi fantôme, car d'après eux, d'après ces policiers il n'y avait personne dans la voiture. Alors dois-je plutôt en rigoler ou en pleurer....La vie après un drame devient une question métaphorique, durant laquelle on voit comme dans un miroir le vrai visage de chacun....

►► Nous nions l'existence de nos anges, nous nous persuadons qu'ils ne peuvent pas exister. Mais ils se manifestent là où on les attend le moins et quand on s'y attend le moins. Ils peuvent s'exprimer à travers tous être sortis de notre imaginaire, ils crieront à travers des démons s'il le faut. Pour nous pousser, à engager le combat. Il ne me reste plus que ce bracelet, d’or gravé d’une phrase espagnole . Mon imaginaire à fait sortir à travers mon bracelet, cette force incroyable qui me donne la force de me reconstruire. Mais peu à peu, la vie nous pousse à vouloir oublier, car les émotions contrôlent notre âme, l'emprisonne dans une cage dans lequel notre quotidien devient étouffant. Nous avons pris un avion vers l'Amérique. De nombreuses personnes ont considéré ce continent comme l'Eldorado. Quelques fois, je ferme les yeux et dessine dans le noir corporel, mes vœux les plus chers en espérant de toutes mes forces que dans ce monde-là ils se réaliseront. Et soudain, lorsque mes yeux se ré-ouvrent je trouve avec étonnement une alternative à mes veux, pour que bien sûr notre vie ne soit pas prévisible. Notre famille, je veux dire mon père et moi, avions réussi à reconstruire notre vie, profitant de ce que l'Amérique avait de plus beau à nous offrir. Mon père a réussi rapidement à trouver un travail. Les paysages de l’Amérique sont certes différent de l’Espagne mais là au moins sur le sable face à la mer je peux dessiner ce qu’il me plait… Ma vie s'est engagée dans un nouveau tournant, un nouveau défi que je mènerais de toutes mes forces s'il le faut. Mais le temps nous rattrape toujours, et là il devient impossible de lutter contre l'invisible, contre l'intouchable. Dans ma chambre devant la glace, je tente de creuser l'écart entre ce que j'étais et ce que je suis. Chloé n'est plus cette fillette de fantaisie hispanique ni même de ruse, non Chloé est devenue une autre, une personnalité acariâtre qui ne se laisse tenter que par les choses matérielle, celle dont elle peut avoir la totale confiance. Oui j’ai conscience de ce changement. Je ne suis plus qu'aujourd'hui une poupée de cire, modelé pour satisfaire à une popularité, pour éviter de paraitre ce que j'ai été, pour me mettre un masque afin que ce jeu théâtrale, ce jeu de tragi-comédie ne soit plus qu'une habitude. Non je ne veux plus retomber dans les préludes de ces idées sombres, je ne veux plus me faire abuser par quiconque, je ne croirais qu'à ceux dont j'estime avoir la confiance. Moi, et seulement moi est maître de cette destinée, pas mon passé.

►► Qui fait en sorte que notre existence honore les autres ? Qui envoient des monstres pour nous tuer, et en même temps nous chantent que nous ne mourrons jamais ? Qui nous apprend ce qui est vérité, et à rire du mensonge ? Qui décide pour quoi on rit et quel combat mérite que l'on risque la mort ? Qui nous enchaine ? Et qui détient la clé qui peut nous libérer ? C'est alors qu'on croyait détenir les clés de notre avenir, de se savoir enfin maitre de quelque chose, que les démons surgissent de nul part. Ces personnes apparaissent pour nous dit-on "montrer la réelle dureté des choses" dans ce lieux que nous nommons la Terre. L'école par exemple devient le lieu des jeux dangereux, des jeux où la confiance de sois à n'importe quel niveau qu'elle soit en prend un coup. Je ne peux pas être une exception, j'ai été victime de ces sortes de mensonges qui entrainent n’importe qui dans un tourbillon de douleur et de haine. Paradoxalement l'amour, n'a pour moi été que paillette. Non je ne sais pas aimer. Je n'aime que des noms, des prénoms, des personnes que chacun chosifie par son apparence. Jeu subtile et vicieux qu'est l'amour. Je ne m'y suis pourtant jamais engouffrée. Mais la vie est un jeu mortel, et chacun de nos pas ne sont que prévision non maitrisé. Et alors que je ne croyais pouvoir jamais comprendre les pièces de théâtre romantique telles que Roméo et Juliette de Shakespeare, Gabriel est apparu. Gabriel, ce prénom à consonance religieuse rappel surtout l’ange que l’on rêve tous d’avoir, celui qui pourrait nous protéger, lutter contre l’insaisissable soif de vie qui nous ronge. Oui Gabriel avait surement quelque chose d’irréel et de fantastique. L’enquête de l’accident avait montré que le taxi fantôme portait dans ses flancs ce jeune enfant. Comment est-il arrivé ici ? Nul ne le sait, pas même lui. A l’hôpital, Chloé le regarda, d’un air doux mais pourtant complexe. Ce qui lui inspirait était assez fort. Il n’avait rien eu comme séquelle, il était seulement plongé dans cet état d’endormissement total que l’appel le coma. Elle le considérait comme un ange lui confiant tous ses secrets chaque soir se sentant lié à lui par sa destiné. Je l’ai quitté, comme j’ai quitté mon pays natal. Depuis je ne sais pas ce qu’il est devenu, du moins jusqu’à ce qu’il fasse qon apparition dans mon lycée. C’est fou comme la vie peut vous surprendre. Et comme la vie est assez maligne, elle fait de ce que vous avez construit « l’arroseur arrosé » : Dès lors, je me suis retrouvée emprisonnée dans le monde que j’ai façonné, obligé a resté à ma place, au sommet sans jamais pouvoir toucher terre. Les nouveaux ne se mélange pas avec les élites s’est bien connu, ah oui sauf dans les idylliques films de Disney. Au début, je n’ai accroché qu’à son style, un peu absurde et ringard je vous l’accorde, mais peu à peu tous mes souvenirs sont remontés à la surface, sa présence dans le monde matériel que je détenais n’avait pas cette sorte de compréhension ni de dialogue ni même se vécu. Mais à quoi bon, je suis prisonnière dans cette vitrine. Poupée de cire fond devant cet ange, qui ne semble pourtant pas même se souvenir de qui je suis. Mon passé refait surface, je sombre.

►► #DRIIING# « Alors Pepi a été sage ? Mon dieu qu’il est magnifique! Oh! Chloé vous faites des merveilles! » Nous sommes toujours poussé par la force de nos rêves. Mon rêve a toujours celui d’être styliste. Ce rêve est né d’une lubie que j’avais pendant mon enfance. Mes grands-parents avaient une sorte d’animalerie, dans lequel on pouvait trouver tous types d’animaux. Alors la jeune fille prenait n’importe quels d’entre eux, s’adonnait à les embellir d’un petit nœud par ici, un autre par là. Les animaux, paradoxalement avaient l’air d’être très docile, aucun ne griffaient, ni même ne rechignaient. Depuis la jeune Cruz, inventa des vêtements de toutes sortes, de toutes couleurs. Alors hasard du destin, ou bonne providence, le monde s’est sentit poussé vers une irrésistible envie de mettre à égal les animaux de compagnie, en commençant par les habiller. J’ai fait mon premier stage en Chine. Et après de longues années à manier les méthodes, j’ai appris la technique, ce qui m’a poussé ici, en Amérique. J’ai aujourd’hui ma petite boutique où, je travaille paisiblement. Enfin, c’est ce que je croyais. Un jour de pluie, les autorités locales sommaient de ne pas emprunter les routes terriblement encombrées. Je décidais de faire quelques heures de plus. Seule dans ma boutique, je me suis mise à tout ranger, pièce par pièces, pour occuper le temps, jusqu’à ce que j’entende la sonnette. « Bonsoir, en quoi puis je vous ai… ». Surprise je trébuchai. A terre, j’entrouvris les yeux, en me disant que mes rêves avaient une fois de plus pris le dessus sur la réalité. Non, c’était bien elle que j’avais vu. Ma sœur, coiffée d’un chignon bien tirée, sourit de ses lèvres roses bonbons. Elle parlait, disait un nom qui m’était presque devenue inaudible venant d’elle. « Chloé, Chloé tu m’entends ? » Mes yeux se fixèrent sur elle, et là une vague de questions. Pourquoi est-elle ici ? Comment a-t-elle fait pour venir ? Me reconnait-elle vraiment ? Comment a-t-elle su que je travailler ici ? Papa est-il de mèche ? Mes yeux ne semblaient pas croire ce que je voyais, la dernière fois qu’elle était à nos côtés s’était lors de l’accident… L’accident… Et si … ? « Chloé, tu ne parles plus, réponds moi ! C’est moi Maria … Chloé je t’en supplie… ». Il devint d’un coup difficile de déglutir. Son image se brouilla entre souvenir et tristesse, entre joie et peine. Elle me prit dans ces bras comme avant. « C’est toi ? » m’essoufflais-je d’articuler. Je sentis son parfum, le même qu’il y a maintenant 9 ans, le Coco Chanel n°5. « Oui c’est moi, Chloé. Je t’assure, je ne lui ai rien fait… ». Je commençais à suffoquer, son parfum me donnait il le tournis ? « Je t’assure, je n’y suis pour rien, je ne lui ai jamais voulu… C’est juste que le taxi, là , il … Oh mon dieu ! Chloé !».
Oui, les anges et les démons finissent toujours par réapparaître un jour. Nous déstabilisant dans nos pas et notre confiance. Ils remettent tout en jeu, remettent tout à zéro. C’est alors qu’une nouvelle bataille s’annonce. C’est à nous de mener cette pièce, de ne pas en être simple spectateur. Car la vie s’annonce difficile, et il devient de plus en plus évident que le bonheur en lui-même n’est qu’une simple utopie. Pourtant on s’y force à y croire, à croire que dans ce qui nous entoure il y aurait quelque chose de réconfortant. Mais tout n’est qu’illusion.

.

_________________


« trouble, trouble, trouble. »
Taylor S. ▬ I knew you were trouble when you walked in, so shame on me now. Flew me to places i'd never been, so you put me down. I knew you were trouble when you walked in, so shame on me now. Flew me to places i'd never been... Now i'm lying on the cold hard ground.
(c) Myuu.BANG!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

✖ PÂTISSERIES VENDUES : 295
✖ EN CUISINE DEPUIS LE : 28/12/2012

MessageSujet: Re: " Roses are red, facebook is blue, all i want is only you" ► C. Hapiness Cruz [1oo%]   Sam 2 Fév - 22:54

Bienvenue à toi =)

_________________


Skyfall. « Where you go I go What you see I see I know I'll never be me without the security Of your loving arms Keeping me from harm Put your hand in my hand And we'll stand Let the sky fall, when it crumbles We will stand tall Face it all together - RAIN BIRD »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: " Roses are red, facebook is blue, all i want is only you" ► C. Hapiness Cruz [1oo%]   

Revenir en haut Aller en bas
 

" Roses are red, facebook is blue, all i want is only you" ► C. Hapiness Cruz [1oo%]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SEA SUGAR AND SAN DIEGO™ :: 
 :: MONTREZ VOS PAPIERS ITOU ! :: ENCORE ARRÊTÉS AU BARRAGE
-